L'institut
Micro-immunothérapie
Services aux patients
Services aux praticiens
Nous contacter
Connexion à mon compte
Déjà inscrit ? Accédez à votre espace professionnel
IFMi, l’Institut Français de Micro-immunothérapie

Grippe, rhino-pharyngite, angine virale, bronchite aiguë, bronchiolite etc. sont fréquentes en hiver et nous recherchons automatiquement des traitements pour soulager les symptômes ou des compléments pour renforcer notre organisme. Ils peuvent être utiles à court terme mais finissent souvent par perdre leur efficacité, contribuent à la détérioration des barrières physiques, facilitent l'augmentation des résistances et, surtout, ne préviennent pas les récidives ou le développement de troubles chroniques sous-jacents. En effet, une proportion élevée de patients revient en consultation dans les 6 mois suivant la première infection.

La santé dépend principalement de l’état de notre système immunitaire et nous devenons plus vulnérables face à la maladie lorsque celui-ci est fragilisé. L'état immunitaire détermine en effet la capacité de notre organisme à se défendre contre les infections et à prévenir de leur apparition, de leur fréquence voire même de leur sévérité. C’est pour cela que certains d’entre nous tombent plus ou moins malades face au même virus. Maintenir le système immunitaire équilibré pourrait donc contribuer à prévenir l'apparition des infections, éviter les récidives et le développement de la chronicité.

Les traitements visant à soutenir le système immunitaire, et plus particulièrement à moduler sa réponse, sont intéressants car ils ciblent le déséquilibre immunitaire et ne se limitent pas au traitement des symptômes. Ils agissent au contraire à plusieurs niveaux : soulager ses symptômes et accélérer la guérison mais aussi améliorer la résistance des patients aux maladies infectieuses. Ils permettent aussi de réduire la fréquence d’utilisation des traitements pouvant avoir un effet nocif sur notre santé à long terme.

Dans ce contexte, la micro-immunothérapie constitue un moyen intéressant pour traiter les déséquilibres de la réponse immunitaire et restaurer son fonctionnement. Sa particularité est d'utiliser des molécules à très faibles doses comme principes actifs, en essayant de se rapprocher du fonctionnement naturel du système immunitaire et en garantissant son innocuité. De par ses caractéristiques, et contrairement à d'autres traitements, elle est facile à prendrebien tolérée et adaptée à tous les types de patients. De plus, elle est compatible avec d’autres traitements et peut être intégrée à n’importe quelle stratégie thérapeutique. Enfin, elle est à la portée de tous les professionnels de santé.

Beaucoup de pathologies sont liées à un dysfonctionnement immunitaire pouvant aller d’une simple allergie au développement d’un cancer. La micro-immunothérapie peut donc être utilisée dans une grande variété de contextes cliniques. De plus, comme elle ne cherche pas à bloquer ou à stimuler une réaction, mais travaille toujours dans une perspective de régulation, beaucoup de professionnels de la santé l’utilisent à la fois de manière thérapeutique et préventive, comme par exemple dans le cadre des infections hivernales. Dans la pratique clinique, elle est également très recommandée pour traiter les réactivations virales. Les virus tels que le SARS-Cov2, herpès simplex, le virus d'Epstein-Barr, le virus varicelle-zona ou le cytomégalovirus peuvent provoquer des symptômes aigus, mais ils peuvent aussi se réactiver après une période de latence due à une baisse de l'immunité, ou à la suite d'autres infections, provoquant des syndromes post-viraux, mais favorisant aussi le développement d'autres pathologies telles que des troubles auto-immuns, une fatigue chronique ou une anxiété excessive. La micro-immunothérapie vise, dans ces cas, à soutenir l'immunité pour limiter la réplication virale et la propagation du pathogène à d'autres cellules, ainsi qu'à aider à contrôler l'infection persistante.



J'ai eu de très bonnes expériences avec la micro-immunothérapie chez mes patients. J'utilise la micro-immunothérapie chez les enfants et les adolescents depuis 13 ans et je ne peux pas imaginer mon travail médical quotidien sans elle.

Le problème le plus fréquent concerne les infections récurrentes – j’ai ici une excellente expérience de la micro-immunothérapie. Elle fonctionne également très bien pour les problèmes ORL chroniques et les allergies.

J'ai également pu réussir de nombreux traitements avec la formule de micro-immunothérapie spécifique à la pathologie : dans les infections aiguës à EBV ou réactivations EBV, dans les infections varicelleuses ou herpès zoster, dans les infections à HSV, chez les adolescents présentant des troubles dépressifs, dans le stress ou dans le rhume de hanche et la polyarthrite rhumatoïde juvénile.

Romana Slapakova

Le Dr. Pascal Mensah, ambassadeur de la micro-immunothérapie et Margot Gallot, chargée de communication et des relations institutionnelles à l’IFMi étaient les invités d’Aude Kersulec pour l’émission Itinéraire Santé diffusée par le Figaro.

Cet échange leur a permis de revenir, entre autres, sur la définition de la micro-immunothérapie, le rôle de l’IFMi et les champs des possibles de la micro-immunothérapie. Retrouvez l’ensemble de la vidéo et de l’article ci-dessous.


Mise au point dans les années 60 par le Docteur Maurice Jenaer, médecin de la famille royale belge, la micro-immunothérapie est un type d’immunothérapie qui vise à traiter et renforcer le système immunitaire dans la prise en charge de maladies chroniques liées à un dysfonctionnement immunitaire telles que les allergies, les maladies auto-immunes, les troubles métaboliques et les infections récidivantes. Cette stratégie repose sur l’administration de très petites quantités de molécules immuno-compétentes principalement issues du système immunitaire, comme les cytokines, un ensemble de protéines qui jouent un rôle fondamental de messager dans la coordination de la réponse immunitaire (inflammation, cicatrisation,etc.).

Depuis des années, des thérapies basées sur la réponse immunitaire et utilisant des cytokines ou des inhibiteurs de ces dernières (anti-TNFα) sont utilisées, notamment dans la prise en charge de maladies inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde. Néanmoins, ce type d’immunothérapie engendre parfois des effets secondaires notoires liés au dosage des substances qui sont administrées. C’est de cette constatation qu’est né le concept de micro-immunothérapie, qui tente de moduler la réponse du système immunitaire grâce à des quantités réduites, ou "low doses", qui ne dépassent pas les seuils de toxicité, permettant ainsi une meilleure observance du traitement.

Au fil des observations cliniques, la micro-immunothérapie s’est révélée intéressante entre autres dans les troubles immunitaires d’ordre inflammatoire, compatible et complémentaire avec les traitements traditionnels auxquels elle n’a toutefois pas vocation à se substituer. Une fois acquise la nécessité d’intégrer la prise en charge du système immunitaire, les professionnels de la santé peuvent orienter leurs stratégies thérapeutiques afin de moduler la cascade immunitaire. De plus, la micro-immunothérapie est une immunothérapie accessible en cabinet où les professionnels de la santé peuvent la prescrire facilement.

L’Institut Français de Micro-immunothérapie a été fondé il y a près de 30 ans pour répondre à un besoin des professionnels de santé qui souhaitaient promouvoir cette thérapie et œuvrer à son développement. L’association, composée de plus de 200 médecins et thérapeutes, s’est donnée pour mission de former les professionnels de la santé à la micro-immunothérapie et favoriser son intégration dans leur stratégie thérapeutique quotidienne en mettant à leur disposition les outils nécessaires à son application. Elle se veut aussi d’informer le grand public sur l’existence de la thérapie et l‘importance de la prise en charge du système immunitaire.

Face à une demande croissante des patients et l’explosion des pathologies liées aux dysfonctionnements immunitaires, l’Institut se fait un devoir de mettre en relation les patients avec ses professionnels de la santé. C’est donc avec enthousiasme, dans une optique de collaboration constructive, que ses membres poursuivent leurs missions de recherche, de soin et de prévention en faveur de l’équilibre du système immunitaire.

Contenu conçu et proposé par L’Agence Delta. La rédaction du Figaro n‘a pas participé à la réalisation de cet article.


La Dr. Jaroslava Wendlova, PhD, est une interne qui applique une approche intégrative dans sa pratique quotidienne. En tant que présidente de la Société Slovaque de Médecine Biorégénératrice, elle nous fait part de ses appréciations sur la micro-immunothérapie : 

"La micro-immunothérapie a ouvert une nouvelle porte sur l'avenir de l'immunologie, non seulement pour la médecine intégrative, mais aussi pour la médecine conventionnelle. 

La micro-immunothérapie utilise des substances messagères de l'immunité (principalement des cytokines) à faibles doses pour diriger et réguler en douceur la réponse immunitaire, en imitant les mécanismes de régulation naturels de l'organisme.

L'objectif de chaque substance active d'une formule spécifique peut être différent, en fonction de son modèle de préparation : régulation à la hausse, maintien ou régulation à la baisse de l'activité biologique de la substance dans l'organisme.  

Avancées importantes et avantages de la micro-immunothérapie :

  1. option thérapeutique pour la pratique clinique quotidienne (y compris pour les médecins généralistes et les médecins de famille) ;
  2. réduction des effets secondaires grâce à l'utilisation de faibles doses ;
  3. les formules de micro-immunothérapie peuvent être obtenues sans ordonnance - un grand avantage !
  4. efficacité du traitement.

La micro-immunothérapie peut être appliquée dans de nombreux domaines, car il existe un large éventail de formules visant à réguler l'immunité dans de multiples maladies présentant des déséquilibres immunitaires sous-jacents. Le traitement est donc particulièrement bénéfique pour les patients souffrant de pathologies complexes, ce qui augmente les chances de réussite du traitement et de guérison.  

Le professionnel de la santé peut appliquer le traitement de manière variable : 

  1. traitement basé uniquement sur l'administration de formules de micro-immunothérapie dans un ordre spécifique ;
  2. combinaison de la micro-immunothérapie avec des protocoles de traitement intégratifs, y compris la phytothérapie ;
  3. combinaison avec des médicaments de la médecine conventionnelle. 

Au-delà des possibilités offertes par la micro-immunothérapie pour le traitement des infections aiguës et chroniques, des maladies malignes et auto-immunes, je considère la micro-immunothérapie comme une excellente option pour la prévention des maladies, en particulier pour les personnes dont l'environnement de travail comporte un risque élevé d'infection (comme les médecins, les infirmières, les soignants et autres membres du personnel) et pour les personnes âgées, car elle favorise la biorégénération et soutient l'immunité, contrecarrant ainsi l'immunosénescence et augmentant leur qualité de vie. La micro-immunothérapie contribue donc indirectement à désengorger le système de santé. 

Il convient de noter que la micro-immunothérapie peut être associée à une alimentation saine, à un exercice physique suffisant et à un équilibre psychologique pour garantir une efficacité maximale. Je me réjouis qu'il existe une communauté de professionnels de la santé tournés vers l'avenir qui se forment à la micro-immunothérapie et l'intègrent dans leur pratique clinique avec, à la clé, de belles réussites pour les patients."

Dr. Jaroslava Wendlova

© IFMi 2024 | Webdesign & SEO by MSM Web Solutions
crossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram